SARL ou SAS : comment faire le bon choix ?

0

La SARL (Société à Responsabilité Limitée) et la SAS (Société par Actions Simplifiée) sont deux structures juridiques souples, permettant de choisir le nombre d’associés et le montant du capital investi par chacun. Ces similitudes font que l’on hésite souvent entre ces deux statuts au moment de créer son entreprise. Pour prendre la bonne décision, il faut se projeter un peu dans l’avenir et imaginer la manière dont peut évoluer l’entreprise.

SARL ou SAS : doit-on faire le choix en fonction de la taille de l’entreprise ?

On choisit souvent la SARL pour des projets modestes, alors que la SAS est plutôt privilégiée par les start-up aux projets de développement plus ambitieux. Cette façon d’envisager les choses a du sens, mais d’autres critères peuvent intervenir au moment de choisir entre ces deux formes juridiques…

SAS ou SARL : quel statut social pour le dirigeant ?

La forme juridique de l’entreprise a un impact sur le statut social du dirigeant et son régime de protection. Le dirigeant de la SAS sera affilié au régime général, celui qui offre la meilleure protection. Dans le cas d’une SARL, les gérants intégreront le régime des indépendant ou Travailleurs Non Salariés (TNS), beaucoup moins protecteur. Dans les deux cas, il n’est pas possible d’obtenir une indemnisation en cas de chômage, ce droit n’étant ouvert qu’aux salariés en CDI ou CDD.

La SARL, un statut pour le conjoint du dirigeant

Pour une entreprise familiale, le choix de la SARL permet au conjoint du dirigeant, marié ou pacsé, d’obtenir le statut de conjoint collaborateur. Cela présente des avantages pour lui et pour l’entreprise :

  • le conjoint collaborateur accède à une couverture sociale complète ;
  • il peut exercer une activité dans l’entreprise à titre gratuit, ce qui évite d’avoir à embaucher un salarié et permet d’alléger les charges.

SARL/SAS : quel statut offre le plus de souplesse dans la gestion ?

La SAS offre une plus grande souplesse dans la gestion que la SARL. Le cadre légal strict entourant une SARL protège les associés, mais rend aussi l’entreprise plus statique, moins adaptable aux évolutions qui peuvent être nécessaires. C’est une contrainte importante quand la société évolue dans un secteur innovant, qui demande une grande faculté d’adaptation pour faire face à la concurrence. Les statuts de la SAS sont eux fixés librement par les associés, ce qui permet à la société d’être réactive, de pouvoir s’adapter plus rapidement aux évolutions du marché. C’est pour cette raison que les start-up, qui sont par nature évolutives, le choisissent en priorité, alors que les structures familiales optent plus volontiers pour la SARL.

SAS et SARL : quel statut pour faciliter les levées de fonds ?

Trouver des sources de financement est toujours une priorité, et ce tout au long du développement de l’entreprise. La SAS permet d’opérer plus facilement des levées de fonds que la SARL. Quand de nouveaux partenaires financiers se présentent, ils pourront participer à l’augmentation de capital de la société en devenant actionnaires.

Le choix entre une SARL et une SAS est à faire en fonction de la nature du projet et des perspectives de développement de la société. Il n’est, de toute façon, pas irrévocable. Il est toujours possible de passer de l’un à l’autre en cas nécessité.

Share.

About Author

Leave A Reply